vendredi 23 juin
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Europe > FIBA Europe Cup > EuroChallenge : Göttingen remporte son Final Four, Roanne sur le (...)

EuroChallenge : Göttingen remporte son Final Four, Roanne sur le podium

dimanche 2 mai 2010, par Aurélien Hipp

Plutôt passifs en première mi-temps, les joueurs de Roanne ont su contenir Michael Hicks et Pesaro par la suite, et trouver les ressources pour arracher (86-80) une troisième place de l’EuroChallenge qui n’aura qu’une valeur toute symbolique. Deux heures plus tard, c’est le club local, le BG Göttingen qui s’adjugeait l’EuroChallenge 2010, pour la plus grande joie des 3700 fans présents. La fête promet d’être longue et belle en Basse-Saxe !

Pesaro - Roanne 80-86

C’est finalement la Chorale qui en voulait le plus sur cette « finale » pour la 3e place. Si Jean-Denys Choulet a justement fustigé en conférence le fait de jouer à 13h, et d’organiser la compétition sur 3 jours alors qu’elle ne réunit que 4 équipes, force est de constater qu’il a du trouver les mots pour motiver ses joueurs. On parierait même qu’ils les a trouvés, non pas à la causerie d’avant-match, mais bien pendant la mi-temps de ce match sans enjeu face à Pesaro.

Bien que plus engagée que prévu dans cette quête de la 3e place, la Chorale commence le match avec les jambes alourdies d’un entrainement à l’aube et avec un moral entamé par une demi-finale ô combien frustrante. Le début de match tourne au concours de shoot entre Page, Amagou d’un côté et Hicks (les 13premiers points de son équipe, 19 en première mi-temps, 27 au total. Rapidement distancée d’une petite dizaine de points (27-20 à la fin du 1er quart-temps), la Chorale ne défend pas plus que ça et laisse Hicks, Van Rossom, ou encore Cvetkovic s’exprimer. Uche Nsonwu ne voit pas le ballon, d’autant plus dommage que le duel face à Eric Williams, d’un gabarit comparable au sien, eût été intéressant. Au final, il prendra 2 tirs et laissera les arrières s’exprimer dans un final four placé sous le signe du tir à 3pts.

C’est précisément cette arme qu’utilisera Samba Dia, joker offensif lancé par Choulet en début de seconde mi-temps, pour ramener son équipe et la faire passer devant à l’entame du dernier QT. Avec Page toujours aussi prolifique (encore 20pts), la Chorale a parallèlement monté son niveau défensif. Deux aspects de la seconde mi-temps mis en exergue par JDC en conférence de presse, rendant hommage à ses remplaçants qui ont tout fait pour compenser l’absence des 2 joueurs majeurs qu’étaient Mims et Pellin. Pesaro, trop limité offensivement en dehors de Michael Hicks, n’inscrira que 28pts en seconde mi-temps tandis que Solo Diabate avec ses 15 pts et 22 d’éval méritait un petit passage par la conférence de presse pour faire admirer son accent anglais. Tant qu’à se rendre le voyage retour moins pénible, il fallait gagner et ce n’était pas évident de trouver la motivation pour y parvenir. Au moins un motif de satisfaction pour coach Choulet.

JPEG - 29.2 ko
Le BG Göttingen, vainqueur de l’Eurochallenge 2010

Pour le reste, la finale revient logiquement à Göttingen. Certes, le fait d’organiser la compétition a largement pesé et bien aidé le club local, qui ne devait pas avoir prévu un tel parcours en début de saison. Face à une équipe de Samara au collectif trop pauvre pour s’en sortir dans un match de ce type joué à l’extérieur, et qui a surtout par les éclairs de Flores (21pts et meilleur marqueur du final four), et Bremer, décevant, Göttingen s’en est une nouvelle fois remis à Rochestie (MVP avec 19.5 pts/ par match , bien aidé sur cette partie par Ben Jacobson (1 match avec Brest cette année), auteur de 17pts et le surprenant allemand naturalisé Chris McNaughton, 22points et une large domination du pivot adverse Mike Douthit.

Allez, disons-le même si c’est facile à dire après-coup. Au vu des forces en présence, il y a largement de quoi penser que Roanne, à domicile et au complet, aurait tranquillement remporté son final four. Sans chauvinisme déplacé, le niveau général de l’événement et le style de jeu, délaissant largement le jeu intérieur, est largement à la portée d’un club français en forme au bon moment. A méditer pour l’année prochaine, vivement le Final Four 2011 !!!